Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

La collaboration avec Casino, une aventure inaboutie

Au tout début de la décennie 2010, Abilio Diniz veut transformer GPA en numéro 2 mondial du secteur de la distribution en fusionnant le groupe GPA avec la branche brésilienne de Carrefour. Dès juin 2012, Casino contrôle Grupo Pão de Açúcar. C’est le divorce puis l'année suivante le départ de l'entrepreneur brésilien du conseil d’administration. Le groupe Pão de Açúcar reconquiert sa stabilité financière après la crise et commence à parler de partenariat avec Casino. Il affronte en effet la concurrence du groupe Carrefour sur ses terres brésiliennes. Abilio Diniz cède des actions pour un milliard de dollars au groupe Casino, tout en s'engageant à concéder la tête de son groupe sept années plus tard à Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino.

Une première grande surface GPA lancée dès la fin des années 1950

Une décennie après l'ouverture par Abilio Diniz du premier libre-service en 1959, GPA compte mille quatre cents collaborateurs et 40 supermarchés. GPA, ou Grupo Pão de Açúcar a été initié par la boutique de son père. Dès la fin des années 1950, le père d’Abilio Diniz estime déjà que l’avenir du négoce se jouera avec les grandes surfaces.

Abilio Diniz détient du pouvoir au sein du sous-continent brésilien

En 2011, Abilio Diniz intègre la Chambre de Politique et de Performance et gestion, qui a comme ambitions d’augmenter la performance des prestations publiques et de rendre compétitives les sociétés brésiliennes. D’après l’hebdomadaire du Brésil "Epoca", le businessman compte parmi les cent personnes les plus influentes au sein du sous-continent brésilien. Selon "Forbes", la richesse de l'entrepreneur accompli est évaluée à 3,7 milliards de $, ce qui en fait le 10e homme le plus fortuné du Brésil. Dans son pays, l'une des personnes les plus charismatiques est Abilio Diniz.

Des événements difficiles qui modèlent le caractère du chef d'entreprise

Au cours de la décennie 90, Abilio Diniz procède à l'ouverture du capital de GPA. L'homme d'affaires déclenche alors une période d’acquisitions et GPA devient le numéro 1 de la commercialisation dans le pays. Il est membre du Conseil Monétaire brésilien en pleine période d'inflation démesurée, à la fin des années 1980. un groupe "d'extrême gauche" séquestre le chef d'entreprise lors de la campagne présidentielle de 1989. Libéré au bout de sept jours, il restera marqué par cette événement. Le plan de sauvegarde drastique conçu par Abilio Diniz permet de préserver le groupe, qui vend son activité dans la péninsule ibérique, congédie vingt mille employés et ferme 1/3 de ses magasins.

Les Sujets